IIIIIIIIIIIIIIII
Lettres de Cuba:  November 2020
Par Martha Sarabia Romero Traduit par Alain de Cullant
Cette édition est illustrée avec les œuvres des artistes cubains, dont celles de Guillermo Collazo Tejada, exposées au Musée des Beaux-Arts à la Havane.
Illustration par : artistes cubains

La revue Lettres de Cuba est déjà en ligne avec l’onzième numéro de l’année 2020. Cette édition est illustrée avec les œuvres des artistes cubains, dont celles de Guillermo Collazo Tejada, exposées au Musée des Beaux-Arts à la Havane.

Rencontre ouvre la section avec l’article D’où venons-nous de l’intellectuelle cubaine Graziella Pogolotti. À propos du  travail de Don Fernando Ortiz,  Elle affirme qu’il a été sa façon de répondre à l’engagement de l’intellectuel envers la nation, de démêler les essences de nos réalités et de faire face aux maux qui ont lacéré la République néocoloniale.

Nous souhaitons un joyau anniversaire à l’écrivain cubain Leonardo Padura lors de ses 65 ans. Rafael Acosta de Arriba suggère  qu’Il est bon que Padura et Mario Conde sachent que leurs lecteurs cubains se réjouissent sincèrement de son nouvel anniversaire et du succès durable de ses livres.

D’autre part, le journaliste Pedro de la Hoz  souligne que la proclamation de la poétesse étasunienne Louise Glück comme prix Nobel de Littérature 2020 a pris la moitié du monde par surprise. Le verdict du comité prix Nobel, depuis Stockholm, a mis en évidence « sa voix poétique indubitable qui, avec une beauté austère, rend universelle l’existence individuelle ».

Lettres propose de la poésie de Louise Glück,   L’iris sauvage,  traduite et présentée par Marie Olivier, publiée dans Poésie 2014, et diffusé par Cairn.info. C'est aussi le titre de son recueil qui lui avait valu le Prix Pulitzer. Pourtant considérée comme l'une des grandes figures de la poésie contemporaine, la Prix Nobel de littérature 2020 n'est traduite en français que dans des revues. 

On présente également Lectures françaises de José Martí : « Mariage forcé », du Kin-Kou-Ki-Kouan (XVIII)  de Carmen Suarez León.

Mariage forcé nous plonge dans une intrigue d’enchevêtrement qui termine par une noce inespérée et heureuse et a le charme de nous présenter d’anciennes coutumes chinoises pour la concertation d’un mariage.

En Interview,  la journaliste Aracelys Bedevia converse avec Ethiel Failde, directeur l’orchestre Failde, nominé au prix Latin Grammy 2020, dans la catégorie Meilleur Album Tropical Traditionnel avec Failde con tumbao, une production de l’Egrem.

Trésors célèbre le 70e anniversaire de la télévision à Cuba.

Selon Luis Casariego, le 24 octobre 1950, l’animateur, entrepreneur et producteur Gaspar Pumarejo Such, propriétaire d’Unión Radio, inaugure le Canal 4 de télévision depuis le patio de sa maison, au numéro 52 de la rue Mazón, à l’angle de la rue San Miguel, Centro Habana, où se trouve aujourd’hui Canal Habana ; c’est ainsi que la télévision cubaine est née.

Arts diffuse Post It 7, audace et action par Virginia Alberdi Benítez. C’est une invitation aux lecteurs à apprécier les œuvres exposées grâce à l’alternative offerte par l’espace virtuel Post It servant de plate-forme pour les jeunes créateurs envoient leurs productions récentes pour la confrontation dans l’un des scénarios les plus prometteurs de l’art contemporain de notre pays, parrainée par le Fonds Cubain des Biens Culturels (FCBC) et, en particulier, par la galerie Galiano.

Mariana de Gonitch dans la culture cubaine de Jorge Rivas Rodríguez dévoile des détails peu connus de la vie et l’œuvre de cette grande professeur et chanteuse d’opéra.

« Russe, rebelle et fidéliste, la Diva de Saint-Pétersbourg a révélé qu’elle « avait promis à son cher ami Fidel qu’elle s’occuperait et défendrait silencieusement la Révolution. »

Adalys Pérez Suárez souligne l’essence cubaine Guillermo Collazo Tejada, l’un de nos plus remarquables portraitistes et paysagistes du XIXe siècle.

Lire Martí édite l’onzième  partie de l’Introduction au roman Lucía Jerez de Maria Poumier spécialiste d’histoire et de littérature latino-américaine et publiée par Éditons Patiño, Genève, Suisse, 2003.