IIIIIIIIIIIIIIII
Lettres de Cuba: Février 2019
Par Martha Sarabia Romero Traduit par Alain de Cullant
Lettres diffuse, en cette occasion, les œuvres de deux écrivains algériens, Hamdane Ben Othman Khodja et Malek Bennabi : Le Miroir et Les conditions de la renaissance.
Illustration par : Sergio Marrero González

La revue Lettres de Cuba est déjà en ligne avec le deuxième numéro de l’année 2019.

Miguel Díaz-Canel, président du Conseil d'État et du Conseil des ministres, a assisté à l'inauguration de la 4e Conférence internationale Pour l'équilibre du monde au Palais des conventions de La Havane.
Le rendez-vous a eu lieu jusqu'au 31 janvier avec la participation de plus de 600 délégués de 62 pays. C’est un grand forum mondial de la pensée plurielle organisé par le Projet José Martí de Solidarité internationale, et cherche à encourager, avec le débat large et démocratique, la lutte pour la construction d'un monde meilleur, équilibré, durable, plus juste et où la paix règne.

Dans le cadre de cet  événement a eu lieu la Cérémonie de remise de la 8e édition du Prix international UNESCO/José Martí  le 28 janvier 2019.

L’intellectuel cubain Roberto Fernández Retamar a reçu  l'édition 2019 du Prix en reconnaissance de son travail de plaidoyer pour la justice, les droits des enfants, les valeurs éthiques, la dignité de chaque homme et de chaque femme et la lutte contre le racisme. Le poète, essayiste, critique littéraire et président de la Casa de las Américas a  consacré sa vie à l'étude, à l'enseignement et à la diffusion des œuvres de José Martí à l'Université et au "Centro de Estudios Martianos" qu'il a créé, ainsi qu’à travers ses livres et des chaires José Martí qu'il a contribuées à fonder. En 1989 il a reçu le prix littéraire le plus prestigieux de Cuba, le Prix national de littérature.

Le Prix international UNESCO/José Martí a été créé par l'UNESCO à l'initiative du Gouvernement cubain en novembre 1994. Le Prix vise à sensibiliser à l'égalité, à la solidarité et aux droits de l'homme. Il récompense les contributions exceptionnelles d'organisations et d'individus à la cause de l'unité et de l'intégration de l'Amérique latine et des Caraïbes fondées sur le respect des traditions culturelles et des valeurs humanistes. Les lauréats reçoivent un diplôme et une récompense de 5.000 de dollars des États-Unis.

Parmi les précédents lauréats figurent notamment le chirurgien mexicain Alfonso Herrera Franyutti (2016), Le Frère brésilien Frei Betto (2013) et le politologue argentin Atilio Borón (2009)

La 28 Foire Internationale du Livre de la Havane se tiendra du 7 au 17 février dans la forteresse de San Carlos de la Cabaña dédiée à l’écrivain cubain Eduardo Heras León, Prix National de   Littérature 2014 et d’Edition 2001 et comme pays invité d’honneur la République Algérienne Démocratique et Populaire. Le Ministre algérien de la Culture Azzedine Mihoubi a souligné  « la prise en charge », par le ministère cubain de la culture, de la traduction de 20 ouvrages littéraires algériens vers l’espagnol  d’Abdelhamid Benhedouga, Malek Benabi, Djaoudet Gassouma, Saïd Boutadjine, Meziane Ferhani, Hamdane Khoudja et Azzedine Mihoubi, dans le cadre de la participation de l’Algérie comme invité d’honneur au Salon international du livre de la Havane

Rencontre publie l’Allocution d'ouverture de la 60e édition du Prix Littéraire Casa de las Américas prononcée par son président Roberto Fernández Retamar. La date à laquelle ce Prix Littéraire a été décerné pour la première fois, en 1960, n'est pas une date vide ou hasardeuse. Les années immédiates verront l'accueil mondial de la littérature de notre Amérique.

La Casa de las Américas est une institution culturelle fondée par le gouvernement cubain en 1959. Elle a pour mission de promouvoir les relations socioculturelles entre les pays de l’Amérique latine, les Caraïbes et le reste du monde. L’institution a reçu en 2017 le Prix UNESCO-UNAM/Jaime Torres Bodet en sciences sociales, humaines et en arts.

L’article de Laidi Fernández de Juan « La dolce vita d’Eduardo Heras León? » invite aux lecteurs à découvrir ce livre écrit au long d’une vingtaine d'années, entre 1990 et 2010. Les contes de Dolce Vita parcourent des passages de la vie cubaine, vue et vécue à travers le prisme d'un personnage qui mûrit au rythme du temps chronologique et émotionnel dans lequel se succèdent les événements racontés.

D’autre part on propose la premier partie de « Social, ses Dames, mon album de notes » de Mirta Yáñez, Prix National de Littérature 2018. La revue Social s’est concrétisée  comme un recueil entre l'intellectualisme culturel humaniste et la chronique sociale, entre la profondeur de ses textes et le savoir-vivre chic, entre les rôles féminins traditionnels et l'émancipation de la femme, entre l'invasion de la naissante publicité et l'art créatif de l'ingéniosité.

Lettres diffuse, en cette occasion, les œuvres de deux écrivains  algériens, Hamdane Ben Othman Khodja et Malek Bennabi : Le Miroir et Les conditions de la renaissance.

Hamdan Khodja est considéré comme un notable d'Alger et un savant. Il a écrit Le Miroir, un aperçu historique sur la régence d’Alger dans lequel il dénonce les exactions des soldats français à Alger peu après la conquête de l'Algérie par la France et Malek Bennabi est un penseur algérien dont on édite des extraits de son œuvre Les conditions de la renaissance.

En Interview la journaliste Madeleine Sautié  avec le Dr Sergio Valdés Bernal, lauréat du Prix National des Sciences Sociales et Humanistes 2018.

L’éminent linguiste, érudit et chercheur souligne : « Vue que la langue est le soutien linguistique de la culture, de l'identité et de la nation, il est impossible de séparer l'étude de l'espagnol parlé à Cuba des autres études, dans ce cas les historiens aident à clarifier, à mieux soutenir les déductions qui nous permettent de décrire la forme de parler l'espagnol, c'est-à-dire la modalité cubaine de la langue espagnole. »

Trésors offre deuxième partie de l’article Le panorama architectural de La Havane de Carlos Venegas Fornias. Le chercheur affirme que : « La ville introvertie et fortifiée, modelée par les impulsions locales, a commencé à être modifiée dès la fin du XVIIIe siècle sous l'influence de la politique réformiste du despotisme illustré. »

Arts ouvre sa section avec l’article Alicia, entre la réalité et le mythe de Miguel Cabrera.

L’Historien du Ballet National de Cuba exalte la personnalité de notre Alicia qui est une réalité et un mythe qui appartient à tous les Cubains, non seulement pour sa performance en tant que danseuse, chorégraphe, professeur et directrice durant plus de huit décennies, mais comme un haut symbole de notre culture et comme notre ambassadrice dans les cinq continents.

L’Institute Latin de Musique a nommé à la Prima Ballerina Assoluta  Alicia Alonso, Etoile du Siècle en reconnaissance de son travail dans la direction de l’Ecole Nationale de Ballet. L’artiste cubaine de renommée mondiale recevra le prix en février selon l’institution culturel  siégeant au Mexique.

Danser avec l’Orchestre Symphonique National et les Prix Nationaux de Musique de Félix Bolaños fait référence au concert Vale 2, avec lequel l'OSN a célébré le 60e anniversaire du triomphe de la Révolution avec les habitants de la Vieille Havane, il a été conçu à partir de compositions anthologiques des reconnus spécialistes de la musique populaire cubaine Juan Formell et Adalberto Álvarez. Avant le concert, les Prix Nationaux de Musique, correspondant à l'année 2018, ont été remis à Jesús Gómez Cairo et Marcos Antonio Urbay.

Le Prix National de Musique a été institué en 1997 par l’ICM, pour les créateurs et les interprètes, comme reconnaissance à une vie et une œuvre dédiée à cette manifestation de l'art à Cuba, et il est accordé aux musiciens cubains vivant et résidant dans le pays.

Maikel José Rodríguez Calviño recueille les nouvelles de la présentation officielle au Centre d'Art Contemporain Wifredo Lam des artistes et des projets invités à la XIIIe Biennale de La Havane, qui se tiendra entre le 12 avril et le 12 mai 2019.

Sous le slogan « La construction du possible », la XIIIe biennale havanaise accueillera un grand nombre d'artistes de 60 pays d’Afrique, d’Europe, du Moyen-Orient, d’Asie, d’Amérique Latine et des Caraïbes. Le grand événement qui va bientôt transformer notre pays en l'un des épicentres artistiques les plus significatifs de 2019.

Lire Martí publie de notre Apôtre Trois Héros apparu dans le premier numéro de la Revue L’âge d’Or et traduit par Colette Lamore

« La liberté, c'est le droit pour tout homme, de vivre avec honneur, de penser et de parler sans hypocrisie. En Amérique on ne pouvait, ni vivre avec honneur, ni penser, ni parler. »

Ce numéro est illustré avec les œuvres de l’artiste cubain Sergio Marrero González.