IIIIIIIIIIIIIIII
Lettres de Cuba : Février 2018
Par Martha Sarabia Romero Traduit par Alain de Cullant
Cette édition est illustrée avec les œuvres de la prestigieuse artiste d’origine chinois Flora Fong.
Illustration par : Flora Fong

Au rythme de tambours asiatiques, la 27e Foire internationale du Livre, dédiée cette année à l'Historien de La Havane, Dr Eusebio Leal Spengler  et à la République Populaire de Chine comme pays invité d’honneur,  vient de débuter à La Havane. Cet événement a lieu du 1er jusqu’au 11 février dans la Forteresse San Carlos de la Cabaña et dans d’autres sièges de la capitale se étendant à tout le pays jusqu’au 15 mai.

La plus part des articles de ce numéro abordent des sujets concernant la présence et l’influence de cette culture millénaire  chez nous.  Cette édition est illustrée avec les œuvres de la prestigieuse artiste d’origine chinois Flora Fong. D’autre part, écouter parler Eusebio Leal est une récompense pour quiconque. À certains moments, l’auditeur est fasciné, absorbé par l'harmonie qui émane de son savoir, l'élégance et l'ardeur du verbe de celui qui, bien que très connu, se découvre dans chaque réponse.

Rencontre propose comme toutes les années le discours d’inauguration du Prix Littéraire Casa de las Américas. Ces paroles appartiennent au troubadour Silvio Rodríguez qui depuis les années 60 a une relation étroite avec cette institution.

Le chroniqueur Ciro Bianchi Ross nous offre les deux hypothèses à propos du « médecin chinois » au pays.  Il affirme qu’Il y a eu au moins deux fameux médecins chinois au XIXe siècle à Cuba. Cham Bom-biá à La Havane et Juan de Dios Siam à Camagüey.

Le journaliste Rafael Lam recueille les apports des Chinois à Cuba. Le mélange d'européens, d’africains et de chinois donne une touche magique à la population cubaine. La trace des Chinois à Cuba devient tangible dans les recettes culinaires, les éléments de l'artisanat, le théâtre,  l'opéra et la musique.

Selon Iramsy Peraza Forte,  l’Institut Confucius est  une porte vers Chine à La Havane. Cuba possède l'un des indices académiques les plus hauts d’Amérique Latine en ce qui concerne l'apprentissage du mandarin. Près de 4 000 sont passés par les salles de l'Institut Confucius de l'Université de La Havane durant ses huit années d'existence.

Lettres vous invite à lire le premier chapitre du roman Mort d'un chinois à La Havane de Leonardo Padura traduit par René Solis et publié par Editions Metailie.

La 27e édition de la Foire Internationale du Livre sera dédiée à la personnalité du docteur Eusebio Leal Spengler.

En Interview, la journaliste  Sheyla Delgado Guerra di Silvestrelli  a utilisé le prétexte et les honneurs de  ce grand évènement pour trouver les réponses,  pour connaître l'homme qui habite à l'intérieur, pour arriver à sa sensibilité, enfin  pour élucider le mystère de l’écrivain qui écrit des livres pour être écouté ; des livres imprimés dans la mémoire, dans l'écoute et même dans le vent.

Trésors dévoile les caractéristiques du Cimetière Chinois à La Havane. Ce cimetière chinois, lié étroitement à l'installation et au développement de la colonie chinoise à La Havane, a été construit par l'architecte cubain Isidro A. Rivas.

Ars propose l’article Les expressions de la culture chinoise à Cuba : le théâtre et la musique de la notable chercheuse cubaine María Teresa Linares Savio.  La présence d'éléments culturels chinois à Cuba à partir d'une énorme immigration en 1847 est basée sur l'engagement de coolies qui venaient travailler dans les plantations de canne à sucre.

D’autre part, Le ballet de Camagüey : 50 ans de danse sur les pointes de Yanais Vega Bacallao  rend hommage à Vicentina de la Torre, fondatrice du Ballet de Camagüey,  Fernando Alonso son directeur pendant dix-sept ans et Regina M. Balaguer Cabrera, l’actuelle directrice du BC depuis 20 ans. Le Ballet de Camagüey (BC) peut présumer aujourd'hui, sans aucune modestie, de compter cinq décennies de danse et d’avoir laissé son empreinte sur de nombreuses scènes nationales et étrangères.

Pedro de la Hoz nous donne la bonne nouvelle que « El Punto Cubano », expression poétique et musicale enracinée dans l'identité nationale, vient d'être inclus dans la liste exigeante des manifestations faisant partie du Patrimoine Culturel Immatériel de l'Humanité.

Lire Martí publie la cinquième partie de Fêtes de la Statue de la Liberté.

Notre Apôtre souligne : « Dans la tribune se tiennent les délègues de la France ; le sculpteur, l’orateur, le journaliste, le général, l’amiral, celui qui unit les mers et découpe la terre ; des airs français papillonnent dans la ville ; le drapeau français claque sur les balcons et flotte au faîte des édifices ; »