IIIIIIIIIIIIIIII
Les pirates, les corsaires et la fondation de Matanzas
Par Wilfredo Alayón Traduit par Alain de Cullant
Sa géographie et sa proximité avec la capitale de l'île ont attiré l'attention des pirates et des corsaires.
Illustration par : Leopoldo Romañach

La ville de Matanzas, située dans l'occident du pays, est construite sur le côté de la baie du même nom, un majestueux miroir d'eau de 35 kilomètres carrés, reconnue comme la plus profonde de Cuba.


L'anse, à 100 kilomètres à l'Est de La Havane, a une embouchure large de sept kilomètres, ses côtes atteignent un périmètre de près de 20 kilomètres, alors que sa profondeur maximale dépasse les 700 mètres.


Sa géographie et sa proximité avec la capitale de l'île ont attiré l'attention des pirates et des corsaires rôdant dans la région à la recherche de prises maritimes ou pour faire de la contrebande avec les habitants.


Un ouvrage documenté d'Ercilio Vento, historien de la ville, souligne que les guerres d'Espagne au XVIe siècle et dans une grande partie du XVIIe, se sont converties en stimulant pour que cette région de l'appelé Nouveau Monde soit la cible directe des corsaires et de la piraterie.


« Les Caraïbes étaient un point de transit incontournable pour les navires emportant en Europe les richesses des terres découvertes, de sorte que leur première incursion dans ces régions a été signalée dès 1537 », dit-il.


Vento ajoute que cette incursion a eu lieu en 1537, quand un navire conduit par des corsaires français naviguait le long de la côte nord de l'île.
Vers 1570, le gouverneur de l'île, Diego Rivera, ordonna que des postes de vigie soient placés sur la Pan de Matanzas, une colline près de ce village, la plus haute du territoire provincial.


En fait, la rade de Matanzas était déjà une visite fréquente des navires corsairs qui, dans le but de se fournir en eau, bois de chauffage ou d'autres fournitures, ont commencé des échanges avec les colons, explique Vento.


Selon le chercheur, les éleveurs ont dû trouver ce type de contrebande, aussi connu sous le nom de commerce de sauvetage, avantageux en raison des obstacles importants à l'entreprise commerciale de la part de la Couronne. Les ordonnances royales ont indiqué le transfert des éleveurs depuis les rives vers l'intérieur de la région, pour empêcher la navigation sur le San Juan, l'un des trois courants fluviaux traversant Matanzas.


Piet Heyn, le plus grand pilleur


Des filibusters tels que les légendaires Cornelius Jols, Jacques de Sores, Francis Drake et John Hawkins, ont été dans l'estuaire de Matanzas, note l'historien.


« Il est vrai que dans tous les cas, il y n'avait toujours pas une bonne intention et certains pirates ont pillé les demeures de l'endroit pour saper et dégoûter les planteurs. Cette situation a poussé de nombreux habitants, étant donné l'impossibilité de résister au vol de leurs biens, à partir définitivement », souligne Vento.


Sans aucun doute le chapitre le plus important de cette relation fut celui mettant en vedette l'amiral néerlandais Piet Heyn, le 8 septembre 1628.
La ville de Matanzas n'existait pas encore, elle a été fondée le 12 octobre 1693 par une trentaine de familles provenant Canaries, avec l'assentiment du royaume espagnol.


L'Europe était en ébullition suite aux querelles entre l'Espagne, l'Angleterre, la France et les Pays-Bas, pour les richesses fabuleuses que les Espagnols et les Portugais rapportaient de leurs colonies, selon des sources documentaires.


En 1628, l'amiral néerlandais Piet Heyn commandait la flotte de son pays lors de la bataille de Matanzas, où il a vaincu et capturéa les navires de la Flotte des Indes en route vers l'Espagne.


Heyn, marin expérimenté, lors de cette opération contre l'aussi appelée Flotte de l'Argent, a capturé l'un des butins les plus précieux dans l'histoire de la flibusterie à Cuba, précise Vento.


En 1653, selon les statistiques, des Français et des Anglais se déplacèrent dans les eaux près de Matanzas, ce qui poussa le gouverneur Juan Xeider a demandé la fortification de l'estuaire à la Couronne.


L'idée fut réalisée vers 1681 avec l'intention d'un autre gouverneur, Joseph Fernandez de Cordova y Ponce de Leon, d'ajouter une vile au fort projeté qui, pour la fierté des habitants, naîtrait entre les rivières.


« Sans manquer à la vérité historique, on peut dire que, curieusement, sans se le proposer du tout, une bonne impulsion pour la fondation de la ville, dans le dixième mois de l'année 1693, est venue de la main des corsaires et des pirates », dit l'historien de Matanzas
« Et, surtout, pour les eaux  profondes et bleues de notre baie », précise-t-il.