IIIIIIIIIIIIIIII
Les méthodes de Fidel
Par Ana Cairo Traduit par Alain de Cullant
Intervention de la chercheuse Ana Cairo lors d’un panel dans la Faculté des Arts et des Lettres de l’Université de La Havane à propos du discours Paroles aux intellectuels, prononcé par Fidel Castro en juin 1961.
Illustration par : Alain Kleinmann

I

Nous sommes dans la bibliothèque de la Faculté des Arts et des Lettres. Sur un mur, présidant, se trouve le portrait de la professeur Vicentina Antua, directrice et fondatrice l'École des Lettres et de l’Art, qui a été dérivée de la Loi de la Réforme Universitaire, proclamée dans les marches de l'Université de La Havane le 10 janvier 1962.

L'École des Lettres et de l’Art a été inaugurée le 14 février 1962. Le corps professoral était composé de professeurs de la Faculté de Philosophie et des Lettres et des intellectuels cubains et étrangers d'autres institutions ; des jeunes diplômés ont été progressivement incorporés. La Faculté a eu 55 ans en février 2017. L'institution conserve un prestige bien mérité. Ses diplômés sont des professionnels reconnus à Cuba et dans d'autres pays.

Je pense que l'échange de points de vue sur les Paroles aux intellectuels ici à la Faculté pourrait être considéré comme une forme de célébration opportune.

Je suis heureuse que la professeur Sonia Almazán soit dans l'assistance, car elle peut être témoin de la façon dont la Faculté a participé à de nombreuses actions de la vie culturelle déjà havanaise, déjà nationale.

Depuis la fin du mois de janvier 1959, le professeur Vicentina Antuña a été le premier chef de la Direction générale de la culture du ministère de l'Éducation. Elle a toujours voulu synchroniser les responsabilités avec l'accomplissement strict de son enseignement en tant que professeur de latin. Elle a également organisé le Conseil National de la Culture en tant qu'institution autonome. À sa mort, elle a été présidente de la Commission Cubaine de l'UNESCO.

Entre janvier 1959 et 1962, Vicentina participe à la modernisation et à la réarticulation des disciplines et des institutions culturelles. En l'honneur de la vérité, une partie du corps professoral l'a fait aussi. Il suffit de mentionner José Antonio Portuondo, Mirta Aguirre, Roberto Fernandez Retamar et Graziella Pogolotti. De cette façon, certains des sujets d'histoire culturelle dont nous allons discuter dans le panel, ont eu un impact sur l'histoire de la faculté.

Je tiens à me souvenir d'Alfredo Guevara, dirigeant de la FEU (Fédération Estudiantine Universitaire), diplômé de Philosophie et de Lettres, qui en tant que président de l'ICAIC (Institut Cubain de l’Art de l’Industrie Cinématographique) a enseigné le cinéma dans cette Faculté.

Au cours de sa dernière décennie de vie, Alfredo voulait rencontrer de jeunes étudiants universitaires. Il a également organisé dans son bureau des débats sur des questions culturelles et politiques de nature théorique avec des intellectuels d'âges et de professions différents. J'ai appris et j’ai eu beaucoup de plaisir.

Alfredo a décidé de multiplier les expériences et a organisé des tournées pour discuter avec les jeunes de différentes universités. La survie du projet « Dialoguer - dialoguer » est le meilleure des hommages.

Le discours Paroles aux intellectuels, prononcé par Fidel Castro en juin 1961, reste un texte très important. Il mérite d'être analysé et discuté avec intérêt pour tous.

Je répète quelques observations, expliquées plus attentivement à d'autres moments :

Pour une compréhension complète du texte, il faut qu'il soit mieux remis dans son contexte. Je défends les éditions bien annotées.

Les différents types de lecteurs, les priorités générationnelles, ont besoin du plus d'informations en termes de temps et d'espace : qui a participé aux discussions ? ; Qu'ont soulevé les orateurs ? Qu'est-ce qui a été clarifié ? Quelles ont été les questions de plus grandes répercutions ?

Je pense que l'édition annotée devrait inclure un rapporteur : qu’est-ce qui a été discuté dans chacun des trois journées ? Qui a parlé ? Un résumé de ce qu'ils ont dit. Elier Ramírez (compilateur) a préparé un texte absolument actuel. 55 ans après Palabras a los intelectuales (Editions UNIÓN, La Havane, 2016). Là, il a republié Cuando se abrieron las ventanas de la imaginación, de Lisandro Otero, élaboré à partir de ses notes.

IV

J'insiste pour que nous continuions tous les recherches dans les agendas, les cahiers, les lettres, etc.

Si une version du débat a été publiée dans la revue Encuentro de España, le premier samedi sur la clarification de ce qui s'est passé avec le documentaire Saba Cabrera Infante, je suis convaincue que les versions des deux autres sessions existent. Nous devons les persévérer.

V

 

Mon insistance sur l'exhaustivité des contextes est due au fait qu’ils sont essentiels pour comprendre l'originalité des méthodes de Fidel.

Fidel est un génie politique latino-américain, un leader mondial du XXe siècle. L'admiration pour ses méthodes prévaudra. De ce point de vue, je veux commenter les Paroles aux intellectuels.

VI

Fidel avait une formation de base en tant que jeune politicien dans la Faculté de Droit. Il a appris très vite.

Je suggère de lire la version de son discours du 27 novembre 1946, dans le mausolée des huit étudiants en médecine du cimetière de Colon. On apprécie un orateur habile qui lie la commémoration historique à deux questions d'actualité pour un jeune public : les abus dont sont victimes d’autres étudiants et la corruption scandaleuse de José Manuel Alemán, ministre de l'Éducation.

Le président étasunien Franklin Delano Roosevelt a encouragé l'utilisation du journalisme parlant et radiophonique. Cette modernisation s'est répandue à Cuba avec rapidité. Fidel, comme la plupart des leaders estudiantins des années 40 et 50, connaissait très bien les usages politiques des espaces radiophoniques.

Pour des raisons similaires, déjà diplômé en droit et inscrit dans une deuxième carrière, il a suivi une formation en le journalisme d'investigation.

Il aimait pratiquer la culture des débats. Il était totalement concentré ; il a tiré les leçons des arguments des autres participants et les a réutilisés pour parvenir à des pactes et à des consensus.

VII

Parmi les croyances répandues de 1959 il y avait celle que Fidel ne dormait presque pas, car il vivait en participant à des réunions sans fin.

En février 59, l'agitation est devenue célèbre avec la capacité de Fidel de convaincre les travailleurs du sucre de ne pas faire grève. Pendant des heures, dans le théâtre de la CTC, il a patiemment écouté les demandes de tous ceux qui ont demandé la parole, puis structuré des réponses convaincantes et thématiques. À la fin de la plénière sur le sucre, les travailleurs sont sortis pour défendre un projet politique et social d'exécution révolutionnaire immédiate, dont ils étaient les protagonistes.

VIII

À partir de mai 1959, date à laquelle a été inaugurée l'année académique, Fidel visitait fréquemment la place Cadenas de l'Université de La Havane. Là, il a formé ses habilités pour construire des politiques. Là il y avait également une mise à jour et un divertissement.

Pour ceux d'entre nous qui ont vieilli dans l'Université, Fidel était un membre de notre communauté. Il apparaissait sur la place Cadenas avec les sujets sur lesquels il voulait entendre les critères. De plus, les élèves ont profité des échanges et ont placés les leurs dans les échanges.

Les professeurs l'École des Lettres ont toujours considéré, comme une priorité pour les jeunes, d'apprendre comment la vraie politique été faite. En quelques minutes, les nouvelles circulaient que Fidel était sur la place Cadenas. Les cours étaient interrompus et les jeunes couraient pour y participer. Entre 1968 et 1975, j'ai été présente à des discussions animées, au cours desquelles le plus grand respect prévalait.

IX

Antonio Núñez Jiménez a écrit En marcha con Fidel, quatre tomes (1959, 1960, 1961, 1962). En bon scientifique et chroniqueur, il structure les récits d'une forme amène et variée. Il dessine un axe principal : le décodage des méthodes d'un intellectuel avec les aspirations les plus insolites envers de nouvelles connaissances.

Je suggère de lire les scènes sur les rencontres de Fidel avec les paysans et ceux des explorations scientifiques des territoires ; puis, dans les causeries entre eux, les discussions alternatives du développement local.

Je recommande des chapitres sur la façon dont la première Loi de la Réforme Agraire a été mise en œuvre ; les intenses discussions avec tous les responsables des zones agricoles.

X

Le succès de Fidel aux trois rencontres de juin 1961 avec ses collègues intellectuels découle d'une méthode déjà raffinée de faire de la politique.

Dans son discours, il a répondu à toutes les questions et les préoccupations. Dans Paroles aux intellectuels, chaque paragraphe fait référence à des intertextes. Il n'est précisément pas possible de les comprendre si les trois sessions ne sont pas connues.

XI

En examinant les journaux entre mai et août 1961, j'ai compris que le congrès fondateur de l'UNEAC (Union des Écrivains et des Artistes de Cuba) devait initialement se tenir en juin. Et jusqu'à la veille, la presse l'annonçait.

Il y avait la querelle sur le documentaire de Saba Cabrera Infante ; il y avait un risque que les passions débordent. À ce stade, le plus urgent a été la clarification complète de l'épisode dans une assemblée publique des intellectuels. On appelait toutes les personnes impliquées à témoigner.

Au fur et à mesure que de nouveaux sujets sont sortis, une deuxième session a été organisée. Et comme les préoccupations réapparaissaient, la troisième et dernière a été faite ; mais, si nécessaire, une quatrième aurait été convoquée.

Les trois sessions ont été séparées chacun par une semaine. Il faut y ajouter le grand impact de l'excellent discours. Bref, tout au long du mois de juin et des premières semaines de juillet, afin de donner un respect rapide des accords des trois discussions, le système des institutions culturelles a été reconfiguré ; les tendances et les groupes ont été réorganisés ; les tensions se sont apaisées ; des formes de trêve ont été convenues.

Avec le temps de planifier le succès et le congrès pourrait pouvait être discrètement réorienté vers de nouveaux objectifs.

XII

Incidemment, dans la semaine entre la première et la deuxième session, les critiques de cinéma se sont réunis dans la Casa de las Américas et nouvellement regardé le documentaire de Saba Cabrera Infante. Ils ont confirmé leur point de vue selon lequel, à l'époque, il ne devrait pas être exposé sur les circuits cinématographiques.

Ce n'était pas une persécution ni un problème personnel. Il s'agissait de la perception collective d'un groupe d'experts (qui a fait ce travail sur une base quotidienne pour se conformer à la politique d'autoriser ou non la projection d’un matériel cinématographique cubain ou étranger). Il faut dire que dans toutes les nations capitalistes et communistes, c'était une pratique politique.

XIII

Il ne faut pas oublier que la Bibliothèque Nationale était alors l'un des centres culturels les plus fréquentés de La Havane. Faire une assemblée dans un théâtre, où les gens venaient et venaient continuellement, c'était mettre en valeur leur nature publique et sectorielle. Il n'y avait pas de secrets. (Comme en février 1959, la chose la plus naturelle était que la discussion avec les travailleurs du sucre avait eu lieu au théâtre de la CTC).

XIV

À la mi-juillet, les organisateurs du congrès ont annoncé que la nouvelle date serait en août (durant ces jours on commémorait l’assassinat de Federico Garcia Lorca). Par allusion, l'événement a été redéfini vers l'amplification de la solidarité et du patrimoine révolutionnaire international.

En 1959, la Révolution Mexicaine avait été privilégiée. L'ancien président, le général Lázaro Cárdenas, invité d'honneur des événements du 26 juillet sur la Plaza Civica, est venu avec des dizaines d'intellectuels. Les apports culturels de la Révolution Mexicaine ont eu une grande force.

Le motif de la Révolution Mexicaine a continué en 1960 (c’était le cinquantième anniversaire) et on a rappelé ce qui s'est passé au Guatemala (1954). Jacobo Arbenz était l'invité d'honneur des événements du 26 juillet dans le Caney de las Mercedes, Sierra Maestra.

Le congrès fondateur de l'UNEAC (août 1961) a mis l'accent sur la solidarité antifasciste avec le républicanisme espagnol. On a salué la pratique de l'intellectualité cubaine, qui a hérité et mis à jour le grand événement international de juillet 1937, avec des sessions à Valence, Madrid, Barcelone et Paris.

Nicolas Guillén et Alejo Carpentier étaient parmi les organisateurs du congrès. Felix Pita y a collaboré. Juan Marinello a maintenu son importance (bien qu'il ne soit pas apparu en public car il a été opéré de la vue). Au ministère des Affaires Étrangères, Leonardo Fernández Sánchez a occupé d'importantes fonctions. En résumé, les cinq Cubains qui avaient été délégués à Valence ont continué à faire leur travail de solidarité.

L'Argentin Ezequiel Martínez Estrada, qui travaillait dans la Casa de las Américas, était l'un des Latino-américains invités au congrès.

XV

Des Paroles aux intellectuels, en tant que document de politique culturelle unitaire, ont été appliquées dans les sessions et les accords du congrès fondateur d'août 1961, à la recherche d'un équilibre des tendances dans la composition du comité national, dans celui des vice-présidences et du secrétariat, dans les publications, dans les concours.

XVI

Les contradictions temporelles ne peuvent être sous-estimées. Depuis la fondation de la Troisième Internationale Communiste (1919), le préjugé erroné selon lequel les politiciens n'étaient pas des intellectuels a été implanté.

Le titre même du célèbre discours de Fidel marque une fausse altérité, qui est restée imaginaire jusqu'à la première décennie du 21ème siècle.

Guillén et Che Guevara étaient amis. Le premier a demandé à ce dernier de céder à l'UNEAC les droits de réaliser la première édition de Pasajes de la guerra revolucionaria. Le Che a accepté, mais a décliné l'invitation à rejoindre l'association.

XVII

Il me semble qu'il est temps de donner la priorité aux autres discours de Fidel, en particulier sur les questions culturelles et leurs interactions avec les membres de l'UNEAC, à partir du congrès qui s'est tenu le 28 janvier 1988, quand Abel Prieto a été élu président de l'UNEAC.

La participation de Fidel aux sessions plénières du comité national et aux congrès de l'UNEAC est aussi importante que sa présence dans l'Université de La Havane entre 1959 et 1975.

Je crois que l'on devrait étudier l’originalité de sa pensée dans le discours du 20 novembre 1993 (jour de la naissance de Félix Varela), duquel est citées seulement la phrase que la première chose à sauver est la culture.

Je pense que les méthodes de Fidel pour faire une politique culturelle ont eu un développement surprenant au cours de l’appelée « période spéciale ». Sa créativité étonne. Il a fait preuve d'une grande discipline et d'une grande ténacité pour se mettre à jour.

XVIII

Je connais des chercheurs étrangers qui se dédient à plonger dans l’appelée « période spéciale ». Je reconnais que je suis fascinée par le projet d'analyse de la dernière décennie du XXe siècle et de la première du XXIe siècle en termes de questions culturelles. C'est très différent de l'avoir vécu que de l'étudier.

XIX

Les méthodes de Fidel ont été renouvelées dans la dite « période spéciale ». Il me semble qu'une telle enquête devrait être favorisée. Peut-être serait-il approprié de consacrer un espace de « Dialoguer - dialoguer » à cet objectif.

Merci beaucoup de m'avoir invité au panel.

La Havane, juin et 4 août 2017.

Intervention de la chercheuse Ana Cairo  lors d’un panel dans la Faculté des Arts et des Lettres de l’Université de La Havane à propos du discours Paroles aux intellectuels, prononcé par Fidel Castro en juin 1961.