IIIIIIIIIIIIIIII
Les collections d’art cubain au Musée National des Beaux-arts
Par Moraima Clavijo Colom Traduit par Alain de Cullant
Avec un trésor qui s’élève à plus de 30 000 pièces, le fonds patrimonial des arts plastiques cubains témoigne la production symbolique réalisée dans notre île depuis le XVIIe siècle jusqu’à nos jours, à travers les peintures, les sculptures, les dessins, les gravures et les installations.
Illustration par : Alexandra Alvarez Carvajal

Avec un trésor qui s’élève à plus de 30 000 pièces, le fonds patrimonial des arts plastiques cubains témoigne la production symbolique réalisée dans notre île depuis le XVIIe siècle jusqu’à nos jours, à travers les peintures, les sculptures, les dessins, les gravures et les installations.

 

L’exposition permanente de ses trésors d’art se compose de 940 œuvres regroupées en quatre noyaux conceptuels : Art dans la Colonie, Changement de Siècle, Art Moderne et Art Contemporain.

 

Art dans la Colonie comprend des œuvres allant du XVIe siècle jusqu'à la fin du XIXe. Dans ce noyau se trouvent les peintures religieuses du XVII et XVIIIe siècles, le paysagisme de la moitié du XIXe et les coutumes de la fin du XIXe. Les fonds de gravure sont très importants dans cette collection, ainsi que l’ensemble des bagues et des boîtes de cigares, très populaires à Cuba pour l’essor de la production de tabac.

 

Changement de Siècle (1894-1927) est une période de transition entre deux dynamiques culturelles différentes : celle de la Colonie et celle de la Modernité. La peinture propose un des esthétiques diverses allant de la tradition académique la plus sévère jusqu'aux courants novateurs impressionnistes, symbolistes, l’art déco et l’art nouveau. Dans cette période se soulignent des peintres tels qu’Armando Menocal, Leopoldo Romañach et le grand précurseur de l’art moderne Rafael Blanco.

 

La période connue comme Art Moderne est un moment médullaire de la culture insulaire quand se cristallise, depuis l’espace privilégié de l’art, une façon supérieure d’assumer la nationalité cubaine. La mythique exposition d’Art Nouveau, en 1927, a marqué symboliquement le début de notre modernité, d’où sortent des artistes comme Victor Manuel, Carlos Enríquez, Amelia Peláez ou Marcelo Pogolotti, parmi d’autres, qui ont laissé les nouvelles images de visages, de paysages et de questions que nous avons identifiés ensuite. Dans les années 1940, le mouvement moderne se revitalise avec des poétiques telles que celles de Portocarrero, de Mariano Rodríguez et de Lam. Wifredo Lam, le plus universel de nos peintres, dispose d’une salle individuelle unique dans le monde, avec des œuvres correspondant aux années clefs de sa carrière, renouvelée périodiquement suite à l’étendue de notre collection. Là on peut apprécier la magnifique huile sur jute, connue comme Huracán, l’une des pièces les plus impressionnantes de tout l’art cubain.

 

La période Art Contemporain coïncide, dans les salles permanentes du Musée, avec le changement socioculturel cubain le plus important du XXe siècle : le triomphe de la Révolution de 1959. Durant les années 1960 apparaissent des grands artistes comme Raúl Martínez, Antonia Eiriz, Acosta León ou Alfredo Sosabravo, parmi d’autres, ayant un langage rénovateur lié aux tendances de la nouvelle figuration et du pop, parmi les plus importantes. Des pièces comme Isla 70, de Raúl Martínez, font partie de l’iconographie la plus reconnue dans toute la peinture nationale.

 

Les quatre dernières salles du Musée sont dédiées à la profonde rénovation qui a eu lieu dans l’art cubain à partir de 1978. Le Musée National, malgré son profil historique, s’est engagé avec l’art d’aujourd'hui et maintient une politique d’acquisitions et d’expositions transitoires qui favorise le plus jeune art cubain, représenté sur un pied d’égalité avec la richesse du patrimoine. L’histoire culturelle de l’île est concentrée dans les collections d’art cubain du Musée National des Beaux-arts