IIIIIIIIIIIIIIII
Le dernier anniversaire de José Martí
Par Luis Ramón Campo Yumar Traduit par Alain de Cullant
Le restaurant Delmonico’s établi entre 1876 et 1899 sur la 5e Avenue et la 26em Rue de New York fut le lieu où des amis de Martí lui ont offert un repas pour son du anniversaire.

Le 28 janvier, les cubains célèbrent un anniversaire de plus de la naissance de l'Apôtre cubain, mais sommes-nous déjà demandés comment c’est passé le dernier anniversaire de José Martí ?

Les derniers jours de janvier 1895 ont maintenu José Martí en suspens en raison de l'échec du Plan de la Fernandina. Le 28, le Dr Ramón Luis Miranda, Gonzalo de Quesada y Aróstegui, Gustavo Govín et Luis Rodolfo Miranda ont offert un repas à Martí dans le restaurant Delmonico’s de New York.

Le restaurant Delmonico’s établi entre 1876 et 1899 sur la 5e Avenue et la 26em Rue de New York. Lieu du dernier anniversaire de José Martí.

Selon les données fournies par Luis Rodolfo Miranda, l'un des participants, la nourriture en son honneur a eu lieu dans l'un des meilleurs restaurants de New York. L'atmosphère n'était pas joyeuse, comme cela est supposé se produire quand les gens se réunissent pour une célébration, il y avait quelque chose qui présageait la tragédie qui se profilait.

Miranda lui-même a dit qu’il se sentait gai parce qu'il allait bientôt partir à Cuba pour se battre pour l'indépendance, mais la préoccupation de tous les dirigeants cubains était qu'ils craignaient pour la vie de Martí. Il était l'âme du mouvement et sans lui comment l'amener à l’effet ?

Dans le livre Los natales de Martí, l'auteur, Gonzalo de Quesada y Miranda, souligne :

« En d'autres termes, avec Martí, l'indépendance était assurée ; sans Martí le temps passerait, les querelles continueraient entre nous, et Dieu sait si nous serions absorbés par les impérialistes de l'Amérique du Nord ».

Ils disent qu’à la fin du repas, avec joie, les laissant heureux les présent : Martí plaisantait et parlait avec enthousiasme sur le succès de leurs projets. Tous pensaient que cet être admirable était une étoile brillante pour Cuba.

Un jour plus tard, le 29 janvier, José Martí, Enrique Collazo et José María Rodríguez signaient l'Ordre du Soulèvement et ils l'envoyaient à Juan Gualberto Gómez, représentant du Parti Révolutionnaire Cubain sur l'île. Même le jour de son anniversaire, Martí n’a pas cessé de se battre, de penser et de rêver à la liberté de sa patrie !