IIIIIIIIIIIIIIII
Le Capitole National, jeune dans ses 90 ans
Par Carmita Ibáñez Traduit par Alain de Cullant
Le Capitole National de La Havane, le bâtiment le plus connu et populaire des Cubains, est considéré comme un joyau architectural de l'hémisphère occidental.
Illustration par : artistes cubains

"Le Capitole est d'une beauté indéniable, serein et majestueux, de lignes pures et sévèrement classiques, aux proportions admirables où contraste l'horizontalité des façades avec la grâce de la coupole"
- Emilio Roig de Leuchsering


Il est pratiquement impossible dans un espace aussi court et avec si peu de temps de raconter la formidable histoire du Capitole National de Cuba, situé sur le Paseo del Prado, entre le Parc de la Fraternidad et le Gran Teatro de La Habana, inauguré le 20 mai 1929 sous le gouvernement  de Gerardo Machado et qui, aujourd'hui, fête ses 90 ans.


À l'endroit où se trouve le Capitole aujourd'hui il y avait un vaste marais, puis un jardin botanique, puis la gare de Villanueva.


Après l'acquisition des terrains de la station, le congrès décida, en 1910, de construire ce qui serait le siège du palais présidentiel. Une commission a été créée par décret qui constituerait la base du concours international pour le choix du dessin de ce qui serait la maison du gouvernement.


Le 7 août 1911, le premier projet et gagnant a été présenté sous le nom de La Republica et aurait 100 mètres de long par  70 de large, et un budget de 1 200 000 pesos. La construction a avancé jusqu'au gouvernement de Mario Garcia Menocal, qui a adopté une loi le 2 Juillet 1914, abrogeant les dispositions précédentes et orientant la construction du Palais des Congrès accordant un crédit de 1 000 000 pesos, à raison de de 200 000 par an et une indemnisation de 70 000 aux entrepreneurs. Les plans ont été modifiés et les architectes cubains Félix Cabarrocas et Mario Romañach ont été commandés pour les nouveaux travaux.


Dans un second projet Cabarrocas a complètement transformé l'original en prenant comme modèle un édifice de la Renaissance française et il a changé le style de la coupole pour une de section carré. Alors qu'il s'occupait des façades et des étages, Romañach se consacra aux élévations intérieures.


Le 4 novembre 1914, la poursuite des travaux est confiée à la société de construction La Nacional, avec un budget de 2 008 390 pesos. En 1919, les travaux de Mario Garcia Menocal sont interrompus en raison de l'augmentation de son coût par les entrepreneurs. Le 21 octobre 1921, malgré l'avancée des travaux, le président Alfredo Zayas décréta de les paralyser, car la crise économique du pays l'empêchait de continuer. Le terrain a été loué à une société privée pour mettre en place l'Havana Park, un parc d'attractions qui avait même une montagne russe. Au fil du temps, tous les instruments des entrepreneurs ont disparu et le bâti s'est détérioré.


Le secrétaire aux Travaux publics, le Dr Carlos Miguel de Céspedes, a commandé un nouveau projet aux architectes cubains Evelio Govantes et Félix Cabarrocas. Cette fois, il a été organisé de mettre aux enchères la construction du Capitole par décret présidentiel, et il a été remporté par la société de grand prestige et de solvabilité, Purdy et Henderson. Quelques changements ont été introduits au projet, le plus révélateur étant celui du dôme qui l'a conçu plus beau et plus grand.


Les travaux de ce troisième projet ont été relancés en 1926. Huit mille hommes, espagnols pour la plupart, cubains et d'autres nationalités y ont participé, car, dans le pays,  il n'y avait pas de force de travail pour entreprendre un travail d'une telle ampleur et d'une telle spécialité. Ni les outils ou les machines idéales capables de tailler les marbres. Neuf scies avec des lames amovibles et des dents semées de diamants ont été installées que les tailleurs de pierre utilisaient pour réaliser les finitions. Une puissante grue d'une capacité de 15 tonnes était chargée du déchargement et de l'alignement des pierres au cas où elles ne seraient pas utilisées immédiatement. Puis la touche humaine lui a donné la finition nécessaire.


Les lampes en bronze, les chapiteaux et les colonnes du Salon des Pas Perdus ont été commandés à Sunnier Duval Frisquet de Londres. Les lustres du salon de la présidence du Sénat et la quarantaine de la Chambre des Représentants, tous en bronze laminé avec de l'or ancien et des verres dorés avec de l'or mercure, ont été fabriquées par la Societé Anonime Bague, de Paris. Les marbres qui ornent le Salon des Pas Perdus, le Sénat et les marches d'honneur sont de soixante qualités différentes. Toutes les marbres ont été apportées d'Italie, y compris les verts anciens.


La base de la statue symbolisant la République est faite d'onyx égyptien antique. Le solide bloc, de formation stelactitique très rare, pèse 300 quintaux.


Dans la salle de conférence du Sénat il y a une plinthe de marbre vert des Alpes et d'onyx doré du Maroc. Les pilastres sont faits de marbre cipolline doré oxidé. Le matériel a été commandé au Yale de Standford, dans le Connecticut, Etats-Unis, qui a également fait les serrures de style Renaissance italienne du rez-de-chaussée. Les bureaux des secrétaires de la Chambre des Représentants et du Sénat sont du style George V, alors que ceux de la Chambre sont de style empire. Tous en bronze coulé avec finition en bronze antique.


De Cuba, cinq millions de briques ont été utilisées, ainsi que 150 mille sacs de ciment, 3 500 000 pieds de bois, 38 000 mètres cubes de sable, 3 500 tonnes d'acier naturel, 2 000 tonnes de fer à béton et 40 000 m3 de gravier.


Un large escalier de granit, de 55 marches, de 36 mètres de large et de 16 de haut mène à l'entrée principale du bâtiment.  De part et d'autre de l'extrémité de l'escalier apparaissent deux impressionnants groupes sculpturaux en bronze avec un piédestal de granit, d'une hauteur de 6,70 mètres, réalisés par l'Italien Angelo Zanelli : un masculin, représentant le progrès de l'activité humaine, et l'autre féminin, incarnant la vertu de la tutelle du peuple. Deux massifs aux extrémités et douze colonnes d'ordre ionien, six sur la première ligne et les autres sur la deuxième ligne de murs. Les piliers, ioniques et romains à double face se distinguent par leurs dimensions énormes. Dans le hall, sur toutes les portes et les panneaux latéraux, se trouvent de beaux cadres de marbre Boticcino sculptés par Angelo Zanelli.
Les loges, composées de colonnes ayant leurs bases et leurs chapiteaux décorés, formant entre-elles neuf intercolonnes dont les axes sont les larges fenêtres donnant sur le Salon des Pas Perdus, et sur elles, des cadres sculptés ou des gravures dans la pierre en bas-relief, inspirés par des thèmes symboliques de la vie cubaine.


Les décorations sur le côté droit du portique signifient le commerce de terre, le broyage, le travail, la mine, l'instruction, la céramique, la justice, la mécanique, la famille, l'industrie légère et le commerce maritime. Ceux de l'aile gauche, les découvreurs, la plantation, les bûcherons, la menuiserie, le tabac, la métallurgie, l'agriculture, la canne, la forge métallique, la distillerie et les filatures. Quatre autres pièces se trouvent dans chacun des pavillons extrêmes, trois sur leurs façades correspondant à leurs trois intercolonnes. La danse, la musique, la poésie et l'architecture sont représentées dans le pavillon droit. À gauche : les mathématiques, la chimie, l'astronomie et la physique.


En raison de son corps élégant et monumental, la coupole devait situer le bâtiment à partir de divers sites à La Havane. Sa hauteur atteint 91,73 mètres. En traversant le portique central, vous atteindrez la rotonde sous le dôme. En son centre, et sous l'aiguille centrale du dôme il y a un diament de 25 carats localisant le kilomètre zéro de la Route Centrale. Les armoiries des six anciennes provinces cubaines se distinguent dans le dôme, et à la fin de chacune des salles se trouvent les portes d'accès aux salles et galeries, couronnées des armoiries nationales en bronze.


Dans sa niche, vous pouvez voir la Statue de la République, avec un poids de 30 tonnes et une hauteur totale de 14,60 mètres, elle repose sur un piédestal de marbre de 2,50 mètres. C'est la figure d'une jeune femme debout, vêtue d'une tunique et portant un casque, un bouclier et une lance. Elle a été sculptée par Angelo Zanelli et pour sa modélisation, la cubaine Lily Lalty a été choisie. En raison de sa taille, c'est la troisième statue intérieure la plus haute dans le monde.


On voit de belles décorations et de beaux styles architecturaux, des meubles originaux, des escaliers et des portes avec des marbres et du bronze respectivement dans les salons : le Salon Baire, le Salon Bolivar, le Salon Baraguá, le Salon Martí, servant de pré-salle à la bibliothèque. Dans chacun se réirèrent les initiales entrelacées de la République de Cuba, créés par des artistes cubains et fondues en France. On appécie le travail des toits et des portes des salles Yara et Jimaguayú, destinés aux réunions des comités de la minorité et de la majorité parlementaire.


À l'arrière de l'édifice se trouve le hall menant à l'escalier d'honneur, qui doit son nom à la seule utilisation par les parlementaires.


Les noms de cinq ouvriers qui ont perdu la vie pendant la construction sont gravés sur une pierre tombale où l'on peut lire : "Une prière pour ceux qui ont donné leur vie. Un souvenir pour tous ceux qui ont posé bras, science et esprit sur ces pierres".


Après le triomphe de la Révolution, le Capitole est devenu le siège du ministère des Sciences, de la Technologie et de l'Environnement et de l'Académie des Sciences et il a été ouvert à la population.
En raison du degré de détérioration qu'il a présenté, il a été décidé de le fermer pour son étude et les travaux de restauration qui ont commencé en 2012. Cette tâche a été réalisée par le Bureau de l'Historien de la Ville de La Havane, dirigé par Eusebio Leal Spengler, qui a réussi à sauver les valeurs historiques et architecturales de l'institution emblématique.


Le Capitole a été le théâtre d'événements historiques et politiques, le 5 Juillet 1940 la Constitution 1940 a été promulguée sur son escalier. En 2010, il a été déclaré Monument National et, actuellement, il est le siège de l'Assemblée Nationale du Pouvoir Populaire.


Après sa restauration il a ouvert les portes au public, et ses visites sont toujours guidées et organisées en groupes de 15 personnes, qui pourront accéder à l'installation à différents moments du mardi au dimanche.


Il est devenu une tradition à Cuba, les visiteurs d'autres provinces du pays et les touristes étrangers prennent des photos en face de cet édifice distinctif et majestueux.


Le Capitole National est le plus grand symbole de La Havane, le bâtiment le plus connu et populaire des Cubains et spécialement de ceux qui nous rendent visite. Il est considéré comme un joyau architectural de l'hémisphère occidental.