IIIIIIIIIIIIIIII
La première mondiale de l'opéra Che à Cuba
Par Prensa Latina Traduit par Alain de Cullant
Berardo Mariani et Massimo Napoli sont très honorés et reconnaissants avec l’affiche culturelle cubaine quant à la collaboration pour l'organisation de cet hommage au Che qui est également un hommage au peuple et à la culture de Cuba.
Illustration par : artistes cubains

Un arrière-goût élégiaque, et parfois chaotique, prévaut aujourd'hui après la première mondiale de l'opéra Che, de l'Italien Berardo Mariani, qui a eu lieu dans le Grand Théâtre de La Havane Alicia Alonso.

 

L’éloge au guérillero et révolutionnaire argentino-cubain a compté once épisodes exécutés par de jeunes instrumentalistes regroupés dans l'orchestre du Conservatoire Amadeo Roldán et par le chœur du Théâtre Lyrique de Cuba.

 

Des textes d’Ernesto Che Guevara ont été utilisés pour la pièce, ainsi que ceux de l'Apôtre cubain, José Martí ; les premiers récités par l’acteur Iván Balmaseda et les seconds, musicalisés et interprétés par la soprano Milagro de los Ábgeles, qui ont reçu – par moments – les ovations du public.

 

Berardo Mariani a dirigé la première des deux représentations avec des gestes inhabituels, presque en contraste avec le ton introspectif du spectacle, qui a également consacré un de ses brefs arias au leader historique de la Révolution Cubaine, Fidel Castro, et a fermé avec une trépidante version de Hasta siempre Commandante.

 

Son compatriote dans la production, Massimo Napoli, a souligné dans une déclaration à l’agence Prensa Latina que les Che est une figure extraordinaire dans le monde, synonyme de justice, de liberté, d'amour pour l'humanité, et de suffisante inspiration pour cet opéra, précisant que la première mondiale a eu lieu à Cuba car c'est aussi la Patrie de Che Guevara.

 

Aussi bien Berardo Mariani que Massimo Napoli ont dit qu'ils étaient très honorés et reconnaissants avec l’affiche culturelle cubaine quant à la collaboration pour l'organisation de cet hommage au Che qui est également un hommage au peuple et à la culture de Cuba.

 

La mise en scène de cette pièce a également été possible grâce à la participation de l'Ambassade de Cuba à Rome, le Centre des Études Che Guevara et le Conseil National des Arts Scéniques de Cuba.