IIIIIIIIIIIIIIII
Enfin ... où a été composé El manisero ?
Par Lino Betancourt Molina Traduit par Alain de Cullant
Il y a tellement de versions différentes sur la chanson El manisero, qu'à ce stade on ne sait pas exactement où Moisés Simons a créé cette célèbre clameur d'un vendeur ambulant de l’exquise graine torréfiée.
Illustration par : Rafael Zarza

Il y a tellement de versions différentes sur la chanson El manisero, qu'à ce stade on ne sait pas exactement où Moisés Simons a créé cette célèbre clameur d'un vendeur ambulant de l’exquise graine torréfiée, qui peut émuler en saveur et propriétés nutritionnelles avec l'amande convoitée.

 

Mais examinons certains critères concernant cette composition connue dans le monde entier.

 

Sindo Garay a affirmé avec certitude que cela est arrivé une nuit, Moisés Simons et lui buvant un café au lait dans un établissement appelé El Autogiro, situé à l’angle des rues Amistad et Barcelona, quand s’est approché un vendeur de cacahouètes grillées qui n'était pas chinois, mais espagnol, lequel lui a vendu quelques cornets de sa marchandise savoureuse. Moïse Simons a été inspiré et a pris une serviette, il a tracé les cinq lignes d’une portée musicale et il a écrit les notes de la chanson, qui n'avait pas de paroles. Ça viendrait plus tard.

 

Pour sa part Eduardo Robreño, ce merveilleux narrateur de fabuleuses anecdotes havanaises, a publié qu'un après-midi de l'année 1928, dans un café situé entre les rues San José et Amistad, Simons a écrit les premières notes de la célèbre chanson.

 

Il lui a donné si peu d'importance qu’il a donné la partition à un ami seulement quelques jours avant de partir à l'étranger, dont il ne mentionne pas son nom, pour écrire le scénario pour voix et piano afin de mettre les paroles finales. Dès qu'il l'a eu entre les mains il l'a donné à Rita Montaner afin de l'enregistrer dans la maison discographique Columbia. Ici apparaît un autre co-auteur inconnu ou plutôt passé sous silence.

 

Une autre version est offerte par le journaliste Felix Soloni dans un article sur l'histoire d'El manisero. Il situe également l'établissement où elle a été composée, entre les rues Virtudes et Consulado.

 

Là, dans ce lieu, Sergio Acebal, le célèbre acteur du théâtre Alhambra qui se déguisait en « petit nègre », parle d’une cafétéria appelée La Campana, où se réunissaient les célèbres acteurs et écrivains tels que Jorge Anckerman, Eliseo Grenet et Moisés Simons. Ce dernier avait déjà la musique de la célèbre chanson mais les paroles lui manquaient et il les a demandé au romancier et musicologue Alejo Carpentier ici présent, mais Carpentier a rejeté la question et n'a prêté aucune attention.

 

Quelques nuits plus tard, Moisés Simons se trouvait dans l'hôtel Regina avec le traducteur des contes qu'écrivait O. Henry, un homme nommé Gonzalo G. De Melo et il lui a demandé les paroles. Simons a fredonné la musique et « Melito » a improvisé les vers. Ainsi, selon cette version proposée par Felix Soloni, l'auteur des paroles d'El manisero est Gonzalo G. de Melo.

 

Pour sa part, Rita Montaner  a donné une autre version. La populaire chanteuse, poussée par le maestro Ernesto Lecuona qui lui demandait de monter quelque chose de différent qui n'avait pas chanté jusqu’alors dans son répertoire, a eu l’idée d’aller voir Moisés Simons afin qu’il lui compose quelque chose comme un discours populaire et le compositeur a composé immédiatement El manisero.

 

Rita l’a enregistré et le disque a atteignit d'énormes ventes.

 

Il n’y a aucun doute que la version de la chanson de Simons interprétée par Rita Montaner est l'un des meilleurs qui a été faite, seulement comparable avec celle d'Antonio Machín qui l'a popularisé en Espagne.

 

Parmi toutes les chansons populaires qui ont été composées, y compris La violetera chantée magnifiquement par Sarita Montiel dans le film du même nom, et Frutas del Caney de Felix B. Caignet, il n’y a aucun doute que El manisero est un véritable joyau musical, et qu’après tant d'années de sa création, nous continuons à nous demander : Enfin ... où a été composé El manisero ?

 

 

Source

 

Fajardo Estrada, Ramón : Rita Montaner: Testimonio de la época. Fonds éditoriaux de la Casa de las Américas, 1997.