IIIIIIIIIIIIIIII
Benny Moré, le plus renommé dans la radio et dans la discographie des années 50
Par Carlos Bartolomé Barguez Traduit par Alain de Cullant
À la mémoire de Manuel Villar Fernandez, historien de la musique à la radio et à la télévision cubaines
Illustration par : Agustín Bejerano

À la mémoire de Manuel Villar Fernandez, historien de la musique à la radio et à la télévision cubaines, Prix National de Radio, mon maître durant 20 ans dans Memorias de Radio Rebelde.

Les programmes musicaux à la radio et à la télévision (1950 - 1959)

Divers critères ont été émis sur le moment exact où Benny Moré retourne dans sa patrie après une tournée triomphale au Mexique et dans d'autres pays. J’ai pu voir sans objection que c'était en 1952 quand Mariano Merceron, en apprenant le retour de Benny, est allé le chercher à La Havane pour l'inclure parmi ses chanteurs et pour se produire dans la Cadena Oriental de Radio.

Au Mexique s’ils l'appelaient El Principe del Mambo, dans sa patrie, à partir de l'énorme succès avec « Bonito y Sabroso » et « Ensalada de Mambo », on commence à l'appeler El Bárbaro del Mambo.

À La Havane, les premiers à se rendre compte du sensationnel événement artistique qui se passait sont les disquaires Jesús Gorís, dans son Temple des Disques, et Carlos Fusté dans sa discothèque. Les 45 tours de Benny se vendaient considérablement.

Le cas de « Mata Siguaraya », une version qui semblait impossible d’être égalée après que Celia Cruz, avec la Sonora Matancera, l'avait fait connaître, était frappant. Eliseo Valdés, l'homologue de Mariano Rivera Conde à Cuba, donne une continuité à la trajectoire discographiques de Benny Moré chez RCA - Victor et profite de la coïncidence que Mercerón fasse également partie de la Victor. Le 27 mai, ils ont enregistré les quatre premiers phonogrammes dans les studios de la CMQ.

La RHC Cadena Azul devient la Cadena Azul de Cuba SA

De nombreuses biographies de Benny Moré affirment que ses débuts à La Havane étaient dus à l'impresario Amado Trinidad Velasco, qui l'a engagé pour sa station RHC Cadena Azul.

C'est impossible : quand Benny se produit à La Havane, la station susmentionnée avait déjà changé sa raison sociale et Amado avait perdu ses deux stations de radio. Dès les premiers jours d'avril on observe un mouvement rare dans la chaîne RHC- Cadena Azul.

Les artistes et les employés pensaient qu'Amado était malade, on ne le voyait plus ; mais il y a aussi de nouveaux visages dans les bureaux de la direction. Le siège de la présidence est occupé par El Guajiro de Ranchuelo, un haut fonctionnaire du Columbia Broadcasting System (CBS) ; M. Edmund A. Chester. Il est escorté par d'autres étasuniens et un officier civil de Batista. Il garantissait six mois de rémunération à ceux qui voulaient partir et il a invité comme assesseurs Benn H. Jacobsen, du département des talents de la Metro Goldwyn Mayer, et Claurence Alexander, de la Du Mont et de la National Broadcasting Company (NBC).

En mai, non sans ambiguïtés et mystères, ils informent la presse de la constitution, depuis le 24 avril, d'une société avec un capital cubano-étasunien, alors propriétaire du Palacio de la Radio, de La Havane.

Le CMCY, jusqu'alors appelée Radio Habana Cuba (RHC) - Cadena Azul, a été rebaptisée Cadena Azul de Cuba S.A. La CMW, Radio Habana Cuba (RHC) – Cadena Roja a adopté le nom de Radio Reporter, un projet éminemment journalistique et d'éloge au régime de facto. Quand le rideau s’est de nouveau levé, Chester avait disparu et dans l’ancien bureau d’Amado Trinidad apparaissait M. Ben Marden, l’ancien gérant du Sans Souci et impresario de salles de jeux et de cabarets de Las Vegas. Francisco (Paquito) Gutierrez a été nommé à l’important poste de Chef de la Publicité.

Le programme Batanga, de Bebo Valdés, présente El Barbaro del Ritmo

Au fur et à mesure que la musique et le nom de Benny Moré gagnaient en popularité, principalement associés au mambo, la présentation du nouveau rythme batanga a été annoncée. Son créateur était l'excellent pianiste et compositeur Ramon Emilio Valdés Amaro, connu sous le nom de Bebo Valdés.

Depuis un certain temps il avait préparé un répertoire suggestif avec la participation d'autres compositeurs. En outre, il a sélectionné 22 membres, avec des musiciens de haut niveau, ses principaux compagnons provenant de la  jazz-band d’Armando Romeu Gonzalez, du Tropicana, plus deux chanteurs : Ezequiel Cardenas et Francisco (El Indio) Cruz.

Bien que Benny Moré, à Santiago de Cuba, ait été appelé El Barbaro del Mambo, Paquito Gutiérrez a rejeté de le placer dans le mambo ou le batanga. Il a suggéré un titre artistique homonyme à une guaracha dans le répertoire de Benny. Le présentateur charismatique Ibrahim Urbino serait entendu pathétiquement. Rapidement, la phrase court comme une trainée de poudre. Le Bárbaro del Ritmo est né.

Benny Moré s'est avéré être excellent dans le mambo et tout autre rythme cubain en raison de la ductilité de sa voix. Son intervention a pris une tournure très favorable.

La plupart du temps, les résultats de l'enquête du 11 au 26 août n'ont même pas accordé deux points au programme Batanga, celui les meilleures prévisions de la Cadena Azul de Cuba S.A. Les « spécialistes », sans plus d'analyse que les chiffres, l'ont présenté comme un échec. « Apparemment, ont-ils dit, le public ne s'est pas enflammé… »

Ce qu'ils n'ont pas expliqué, c'est la raison pour laquelle, à partir de l'incorporation de Benny Moré au Batanga, que, tous les jours, le grand théâtre - studio « Miguel Gabriel » avec une capacité de 1200 spectateurs étai comble. Environ 2 000 admirateurs de Benny se pressaient chaque jour à la porte de l’établissement. La police est intervenue à plus d'une occasion pour maintenir l'ordre. L'enquête a été appliquée aux jours où Benny se produisait aux côtés de Bebo Valdés et de cette fabuleuse élite de musiciens virtuoses. Autrement dit, l'enquête n'a pas été correctement appliquée ou il y a eu une manipulation évidente de ses résultats.

Le Show de Midi, l’Album Phillips, le Bar Melódico et Afrocán

La première présentation de Benny Moré à la télévision eu lieu dans le Show de Midi de la CMQ - TV. Depuis son retour à La Havane, il était intéressé à se présenter à la télévision, mais il ne pouvait pas à cause d’un contrat d'exclusivité.

Paquito Gutierrez lui avait dit que la société aurait sa Cadena Azul - TV avec des filiales à travers le pays et qu’il serait l’étoile. La réalisation de ce rêve ne semblait pas proche et, un matin d'août, Benny est allé à l’édifice de Radio Centro où il a rencontré Miguel Matamoros. Il lui a présenté l'animateur du programme, Germán Pinelli, et celui-ci, à son tour, au directeur Amaury Pérez. Il a réalisé ses rêves, mais toujours sans contrat.

L'Album Phillips était le grand programme musical de CMQ – TV, il était lyrique mais très populaire, dirigé par les maestros Adolfo Guzman et Rafael Somavilla. Les présentateurs étaient Miguel Angel Martín et Manolo Fernández, qui était également chanteur. Là se présentaient des personnalités de la chanson cubaine, dont Esther Borja, Alba Marina, Panchito Naya et d'autres.

Le Bar Melódico, d'Osvaldo Farrés, était l'une des émissions de radio avec une version télévisée. Cet espace, à partir des cendres de RHC Cadena Azul, a été sauvé par Canal 4 et il a eu une haute audience, non seulement pour la bonne sélection des invités, mais pour la magnifique direction et conduite du compositeur Osvaldo Farrés Vazquez.

L’émission Afrocán a été diffusée le dimanche 20 avril. Elle s'est spécialisée sur les aspects culturels cubains d'origine africaine. La direction musicale était à la charge du maestro Félix Guerrero et la direction artistique par Robertico Rodríguez Neyra (Rodney), qui en 1952, avait commencé au Tropicana.

Des personnalités emblématiques de cette ligne ont été présentées, notamment Celia Cruz, Coralia de Céspedes et Merceditas Valdés. Cependant, l'espace avait des opposants contre la critique. A l’origine, il commençait le dimanche à 20 h 30, puis il a été transféré au samedi et finalement, en juin, avec une audience élevé, il a soudainement disparu sans explication.

 

Sources :

Bartolomé Barguez, Carlos : La música en la radio y la televisión. (Œuvre inédite)

Los musicales en la Radio y la Televisión 1951 – 1960. (Livre inédit).

Oscar Cárdenas Montes : Benny Moré, genio de la música cubana. (Livre en préparation).