IIIIIIIIIIIIIIII
Abel Prieto et l’avenir de la Casa de las Américas
Par Silvina Friera Traduit par Alain de Cullant
L’idée est de poursuivre les principes fondateurs de cette institution, qui dispose d’une plate-forme conceptuelle très bien conçue, associée à l’intégration culturelle de nos pays.
Illustration par : artistes cubains

À tout moment de la journée, La Havane est une ville adorable. Même quand il pleut de l’entrée d’un front froid. Les vagues frappent violemment les murs et sautent au-dessus de l’ordinaire. Il n’y a personne sur le Malecon ; les autobus ont changé l’itinéraire et les almendrones - voitures avant les années 60 qui fonctionnent comme des taxis partagés - esquivent l’eau comme ils peuvent depuis Centro Habana jusqu’au Vedado. L’écrivain Abel Prieto, le nouveau président de la Casa de las Américas – une institution culturelle ayant plus de soixante ans de vie, fondée par Haydée Santamaría et présidée par le poète et essayiste Roberto Fernandez Retamar jusqu’à sa mort, en juillet 2019, participe à un hommage à Mario Benedetti, l’écrivain uruguayen qui était l’un des principaux amis de la « Casa », comme beaucoup l’appellent. L’homme aux cheveux longs qui tend la main et salue ne ressemble pas à un homme de presque 70 ans. « Il serait ridicule que je me sente un substitut de quelqu’un comme Roberto, peut-être le penseur le plus important de la décolonisation de notre Amérique », clarifie Abel Prieto.

L’auteur du livre de contes comme Noche de sábado et de roman comme El vuelo del gato, parmi d’autres titres, est né à Pinar del Rio le 11 novembre 1950. Avant de présider la Casa de las Américas, il a été ministre de la Culture pendant près de quinze ans (1997-2012) et assesseur de Raul Castro. « Quand on affronte une mission comme celle-ci, on doit le faire avec la plus grande humilité, en essayant d’apprendre beaucoup de cette équipe avec un grand sentiment d’appartenance. J’étais l’élève de Roberto et ensuite nous sommes devenus des amis très proches : Roberto le frère aîné et moi, bien sûr, toujours l’apprenti », compare Abel Prieto.

Quels sont les défis que cela implique de présider une institution comme la Casa de las Américas ?

L’idée est de poursuivre les principes fondateurs de cette institution, qui dispose d’une plate-forme conceptuelle très bien conçue, associée à l’intégration culturelle de nos pays. Ceci est très important aujourd’hui quand il y a eu des revers dans le domaine de la politique, avec certains personnages qui ont subordonné à l’impérialisme et appliquent le modèle néolibéral, accompagné de pratiques presque néo-fascistes. On a eu la terrible expérience du gouvernement de Macri ; le slogan était « changeons » et tout à coup ce que ce personnage (Macri) a imposé a été une nouvelle version du menemisme (gouvernement de Carlos Menem), avec toute cette démagogie qui caractérise ces temps. La vérité et le mensonge coexistent avec promiscuité et les médias sociaux ont un impact énorme sur les résultats des élections. Le mot démocratie doit être remis en question de plus en plus chaque jour parce qu’il y a tant de manipulation. Il était très important pour nous qu’Alberto Fernandez et Cristina déroutent le macrisme ; c’était un signe de revitalisation d’un pays très important sur le plan culturel. L’Argentine est un réservoir exceptionnel d’une mémoire associée à l’émancipation. Et il y a quelqu’un comme Borges, qui était censé être un homme de droite et qui a eu une petite manifestation moqueuse autour de la politique, mais l’œuvre de Borges fait partie de cette accumulation culturelle émancipatrice.

Quelles lignes de travail projetterez-vous à partir de la plate-forme conceptuelle que possède la Casa de las Américas ?

Cette plate-forme conceptuelle a à voir avec la décolonisation. L’un des problèmes très graves que nous avons aujourd’hui est que la droite et surtout l’industrie hégémonique des États-Unis - certains l’appellent l'« industrie du divertissement » - ont gagné des espaces. Le fruit suprême de cette machinerie est le pauvre de droite. Il y a certainement eu beaucoup de gens très humbles ayant voté pour le macrisme. Beaucoup de gens très humbles ont voté pour (Jair) Bolsonaro ou ont voté pour (Donald) Trump. Ces démagogues fascistes peuvent tromper à travers les grands médias et les réseaux sociaux. L’une des grandes tâches est de travailler à articuler les noyaux de la résistance culturelle qui se trouvent dans notre région. Un autre des pièges du mécanisme de domination est que le capitalisme et le néolibéralisme sont présentés comme « l’ordre essentiel des choses » et il n’y a rien à changer là.

Le capitalisme peut-il être changé ?

Ceux d’entre nous qui pensent que le capitalisme peut être changé ne sont pas fous, des Don Quichottes malades avec l’utopie. Fidel nous a dit à plusieurs reprises que nous ne pouvions pas aspirer à former le Cubain du présent et de l’avenir dans une urne de cristal ; qu’il devait être formé aux intempéries, recevant tous les virus et les bactéries qui pourraient l’atteindre. Les nouvelles technologies ont démontré cette tentative pathétique de former les jeunes en les isolant du monde extérieur. La civilisation va payer pour la dépendance au non-sens et le démantèlement à grande échelle de l’intelligence. Nous devons faire ce que Fidel nous a demandé de faire : semer des idées, ne pas se fatiguer, croire en l’être humain. Les êtres humains ne sont pas nés pour être une créature cruelle, compétitive, peu solidaire et égoïste. Nous devons créer des antidotes et l’une des idées que nous favorisons, en coordination avec d’autres institutions culturelles, est de former les gens avec des instruments critiques. Un autre défi consiste à utiliser les nouvelles technologies plus efficacement. La Casa doit garder l’idée qui est à la base de cette institution : que nous ne pouvons pas renoncer aux utopies. Nous ne pouvons pas accepter le monde qu’ils ont l’intention de nous imposer. Ici il y a un grand labo des idées qui est vivant.

À une époque de restrictions économiques suite au renforcement du blocus. Qu’en est-il du budget alloué à la Casa de las Américas ?

Dans les années 1990, tous nos alliés de l’appelée « Europe socialiste » se sont effondrés, qui a ensuite on a pu constaté qu’ils n’étaient pas si socialiste parce qu’ils étaient divorcés du peuple, quelque chose que nous ne nous sommes jamais permis. Ici, tous ceux qui avaient des charges de direction ont des contacts permanents avec les gens. Dans les années 90, Cuba a perdu près de 80 pour cent du commerce, et les États-Unis ont adopté la loi Torricelli, qui est en place. Si un navire apporte un quelconque approvisionnement à Cuba, il ne peut pas toucher n’importe quel port étasunien durant 180 jours. Cela est un problème pour les compagnies maritimes car le principal marché mondial est les États-Unis. Au milieu de la crise dans les années 90, Fidel a dit que la première chose à sauver est la culture. La crise en termes matériels rend tout difficile : il est difficile de publier un livre, de faire une exposition ou un disque ; le capital symbolique a besoin de ressources. Peut-être que Trump nous bombardera un jour ; le connaissant un peu, cela ne devrait pas nous surprendre… Ce n’est que dans un cas extrême, face à une guerre ou à un blocus naval, que cette institution ne recevrait plus les ressources de base pour soutenir son activité. Beaucoup reçoivent de nombreuses fausses nouvelles sur Cuba et nous devons nous alimenter avec des nouvelles fraîches, ce que nous faisons dans ce pays pour résister et ne pas céder devant la poussée du blocus.

Tiré de Página 12